« Nous, les passeurs » de Marie Barraud

Sentiment mitigé après avoir refermé ce livre. Je pense qu’il faut séparer deux choses : d’une part l’histoire en elle-même, forte et bouleversante, et l’écriture, qui ne m’a pas convaincue.

Marie Barraud retrace dans cet ouvrage la recherche qu’elle mène sur son grand-père, médecin, arrêté pour ses activités en lien avec la résistance durant la seconde guerre mondiale, déporté au camp de Neuengamme, puis tué lors du bombardement du paquebot Cap Arcona le 3 mai 1945. Au sein de sa famille, on ne parlait pas de ce grand-père, et on n’évoquait pas la guerre. Les cicatrices laissées par l’absence d’Albert Barraud sur sa veuve et ses deux fils en ont fait un sujet tabou à éviter à tout prix. Il a donc fallu à Marie beaucoup d’énergie pour confronter son père et commencer son enquête, qui la mena bien plus loin qu’elle ne l’avait imaginé. J’ai été touchée et bouleversée à diverses reprises, c’est chargé émotionnellement.

Néanmoins, le bémol vient de l’écriture. Les phrases sont courtes et simples, peut-être un peu trop. Cela manque de relief, le texte m’est apparu assez plat et prévisible à plusieurs reprises. Certaines répétitions et phrases convenues alourdissent plusieurs passages. Il en ressort l’impression d’un écriture jeune, qui aurait gagné à être un peu plus travaillé.

9782221197905 (2)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s